• constat

    Il faudrait être boursicotté du cerveau pour ne pas se rendre compte qu'on est en plein cataclysme. Non mille fois non, je ne rejouerais ni l'appel au tsunami, ni le sursaut républicano-démocrateux du 21 ni sursaut "populiste" du 29, ni même le crash avionesque du 11, inutile de rappeler le prix des demis et la puanteur estivale du métro. M'enfin, au vue du nombre croissant de connaissances qui se découvrent maniaco-dépressives ou dépressives tout court, je me dis que les pillules du bonheur commencent à passer de mode, et que la camisole chimique à de beaux jours devant elle. Moi-même j'avoue que les 415 envies de meurtre qui me passent chaque jour dans la tête, de manière purement gratuite, me font conclure que je dois être un tantinet destabilisée. Ou a fleur de peau. Ou exaspérée. Ou en pleine hallucination.

    Alors quoi ? Il passe par ou ce cataclysme ? D'ou viens ce raz-de-marée d'idées noires qui embrument paris encore plus que la pollution ? une simple pose décadentiste pour parigots avides de nombrilisme? C'est un peu simple jeunes gens. Bref l'enquête est lancée.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :