• Manifestement moi et moi-même capriçons a vue d'oeil. Faut dire qu'un blog c'est comme une chanson de madonna (je ne dirais pas bon jovi sinon je risque de me faire taper sur les doigts ;p), mauvais, inutile, et tellement si peu original.

    Bref, mon ciboulot en quête de tressaillements préfère virevolter dans d'autres sphères,celle par exemple complètement aberrante des rencontres internet. (Après enquête je crois être capable de fournir un petit descriptif socio-psychologique du phénomène, et des messieurs virtuels en question. Mais c'est une autre histoire)

    5 mois a se mandibuler la cervelle ça a pour le moins l'avantage de faire une jolie bouillie. Une bouillabaisse neuronale, plus vivifiante qu'une gelée royale. Puis qui a dit que la régularité était promesse de succès bloggien. Un rentabilisateur tout terrain a coup sur, un de ceux que je m'évertue a fuir au plus loin. Et bien nan! Je revendique le droit au laisser aller toute voile dehors et plus si affinité. Là ! Je me boude et puis quoi! Certains crient au scandale entre deux feux de joie, et moi je réclame mon droit à la désertion . Au mutisme. Et à la surdité partielle. Sans quoi a coup sure mes oreilles s'offusqueraient des "racailles" assénées, et je ne suis pas maso au point de frôler l'otite. Alors je ne pipe mot. Non ceci n'est pas une pipe. Elle s'est brisée d'absurdité, sur l'autel de la nation défroquée.

     


    3 commentaires
  • Des cul de jattes bafouillant des lettrages, des manchots pioches en mains qui écornent la syntaxe, des coups de burins, de faucilles de marteaux, frappés par de petites gens, des nains des gnomes des pygmées aux orteils flapissant des contrées de mortes lettres, sans le mot pour les unir- Des dindons des cloches et des citrouilles, des apothicaires de la rime au compte-goutte s'occupaient d'attiser le brasier sous la phrase. Une nuée de pèses-signes tournaillaient en rang dru dans un ciel qui mourrait de ne se laissait voir. Nous n'avions plus de langue. Nous étions pauvres et affamés, nous étions gosiers desséchés. Alors vint sainte delaume !


    3 commentaires
  • Mes à fleurs de peau refleurissent ces jours-ci, ce doit être le printemps qui les rend si prolifères.

    Le présent ne se sait pas passé. Et pourtant il se souvient quand il passe au futur. Mon corps crie. Cliché. Mots couteaux dont on ne voit ni  lames  ni écorchures, alors je  triture. Parfois. Pour vider ce sac à merde de foutreries de mots. Crise de foi. J'ai été gavé. Doit y avoir comme un trou dans mon enveloppe, et elle fuit. PERDU MEMBRANE PROTECTRICE. Perdu surdité partielle et hypocrisie du ce n'est pas vrai. Un peu infantile, ça l'est, et sans grande importance.

    Pas malheur : choc ! Je respire moi et j'aspire encore, même nauséabond.

    La langue prend son poil de la bête, et elle délire, virevolte, va se nicher dans les mots tout prêts ; la guetter ? Ils le faisaient depuis longtemps.  Plus le temps de m'esca-mot-er.

    Les mots ont perdus leurs lettres, et il ne sert à rien d'aller les quêter au pied.

    Je ne vomis plus, mais je suis facilement ivre.

    Ce n'est pas je qui est en cause mais ils vous tu, tout sauf je. Arrêter culpabilité. Et vous de  vos langues vipérines que vous maîtriser si peu. Ne savez pas susurrer ne savez pas effleurer, ne savez pas haranguer ... savez seulement faire du bruit ! Et surtout ne savez pas être muets.

    Toute personne qui sent, devrait immédiatement se taire. On devrait communiquer en silence. Tout usage inconsidéré de sa voix est un danger.

    Aigrie moi? Non ! je virule je pustule mes maux comme je peux, bien imparfaitement il est vrai. Car il faut vous les rendre, vous me les avez bien trop longtemps prêtés.

    Paraphraser les mots. Fortifier, la phrase. 

    M'user à penser trop, à penser mal, à bafouiller, à ricocher de la langue ... et plus, si affinité. Laisser poindre un mot alors que se déglutit le précédent, ne laisser de sa pensée que des borborygmes, comme s'ils étaient seuls dignes de la langue-fusion. Laisser infuser justement, en guise d'imprégnations, quelques syllabes, pour les garder au plus proche. Et surtout se perdre en s'effilant, se filer en se pensant, s'effeuiller lettres mortes, jusqu'à être de part en part silence.


    1 commentaire
  • salah stétié : Fiançailles de la fraîcheur : Ed; L'imprimerie nationale

    Enfant bleui d'insectes ma parure

    A ce rapprochement

    Est seigneurie d'herbe qui brûle

    Fourmis fourmis scorpions

    Célestes nos visages

    Sont des enfants parjures

    Et je vous dis de ma parure

             une poussière extrême

    Parmi tous les insectes


    1 commentaire
  • Alerte au massacre d'oreilles :

    Il est trop banal de dire que les mots pèsent...et bien sachez que j'ai pu expérimenter cette semaine, le poids des phrases sur mes oreilles. Le point de départ a été l'atroce douleur qui m'a empêchée de dormir de dimanche à lundi, tout simplement parce que j'avais la franche impression que mon oreille aller se faire la malle, exptympanlosée en morceau. Un bouchon d'oreille ça s'appelle. Il ne faudrait pourtant pas croire qu'il s'agit d'un simple agglomérat de cérumen occasionné par une hygiène douteuse, ou au contraireun abus de cotons-tiges-Non! Ce serait la encore faire le jeu de physicistes trop scrupuleux_ le bouchon d'oreille est l'exact corrélat d'une parole indigeste. C'est le son qui pour ne pas passer le tympan réalise une transmutation dans le creux de l'oreille et s'agglutine au tympan. Pour ma part je crois c'est une floppée d'insultes que j'ai entendue de travers et qui sont allées paître au find fond de mon conduit auditif. Enfin j'enquête. Ce qui est long. compte tenu la part de Subjectivité qui mène mon Introspection Inconsciente (euh p'têtre que c'est là après tout le problème?) 

    Reste que ça fait mal...et que ça crève le tympan comme ma copine jeanne me l'a bien rappellé -quoique était-ce vraiment ça qu'elle disait ? -résultat 5 jours que j'ai des acouphènes dans l'oreille, encore heureux que j'aime la musique concrète et minimaliste,...moi qui croyais qu'"acouphène" était un mot pour poétesse en mal de préciosité, en voilà un de plus qui vient peser contre mes oreilles. Résultat grésillant continu 24h24 -je me fais l'effet d'une petite vieille-, point positif ; c'est fou ce que la circulation s'est calmée ces jours-ci...


    4 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires